Workation

L’anglicisme “Workation” est une contraction de Work (Travail) et de Vacation (Vacances). Selon Wikipédia (ndlr : car on ne le trouve pas encore dans le Larousse français), c’est un mot-valise, un mélange de vacances et travail alternés dans une même journée. On le trouve dans une moindre mesure sous une autre orthographe : Workcation.

De quoi s’agit-il ?

Issu du coworking, cette pratique allie travail et détente dans des tiers-lieux propices à la pratique d’activités sportives ou culturelles. Autrement dit, ce sont des espaces de coworking situés dans des lieux habituellement enclins au tourisme sportif ou culturel, donc bien souvent au contact de la Nature. Certains les appelleraient même les « Club Med studieux ».

Quels bénéfices pour les travailleurs ?

Ils permettent ainsi aux travailleurs nomades (même si on y trouve aussi des autochtones) de s’inspirer via un décor, un environnement ou des activités… Mais à la différence des espaces de coworking «classiques» (ndlr : que l’on trouve dans les grandes villes), la plupart du temps ils proposent aussi une offre d’hébergement et favorisent d’avantage le mélange vie pro et vie perso… Enfin, « travailler mieux pour travailler moins » y est le mot d’ordre !

Une mode passagère ou une tendance de fonds ?

Ce mouvement, né il y a une dizaine d’années en Californie (ndlr : d’où l’anglicisme), s’est au fur-et-à-mesure répandu dans de nombreux pays à travers le monde. Selon l’annuaire Cowoli, on compte aujourd’hui environs 140 lieux alliant pour la plupart hébergement, open space avec Wi-Fi et activités sportives ou culturelles. Même si l’offre française reste encore très anecdotique, ce sont les prémisses d’une nouvelle forme de travail en plein boom, tout comme le télétravail, le statut de freelance ou le nomadisme. A suivre de près !