burn-out

Le Larousse traduit le terme anglophone burn-out par le verbe « épuiser »  et donne la définition suivante : « Syndrome d’épuisement professionnel caractérisé par une fatigue physique et psychique intense, générée par des sentiments d’impuissance et de désespoir ». L’image d’un feu intérieur détruisant tout est également souvent utilisée pour décrire cet état proche de la dépression.

L’expression burn out apparaît au début des années 70 dans les travaux des psychiatres, psychanalystes ou psychologues Harold B. Bradley (en 1969), Herbert J. Freudenberger (en 1974), Christina Maslach (en 1976). Freudenberger décide de débuter ses travaux lorsqu’il constate que les employés de son hôpital de jour soignant des toxicomanes, perdent toute motivation au bout d’un an et demi de service. Pire, ils présentent tous les mêmes symptômes physiques : épuisement physique, fatigue, maux de tête, insomnies et comportementaux : ultra sensibilité, colère, irritations, incapacité à faire face aux nouvelles situations…

De plus en plus répandu dans nos sociétés modernes, il est cependant impossible de trouver des statistiques fiables, le syndrome n’étant pas classifié parmi les maladies officielles. De plus, le terme est souvent utilisé à tort pour désigner un état de fatigue ou une surcharge de travail temporaire.
Le Burn-out est un état grave, dont les syndromes physiques les plus fréquents sont une fatigue intense et chronique provoquant un épuisement dès le réveil. Cet état de fatigue et de stress peut provoquer maux de ventre, douleurs de dos, transpiration excessive, rhume prolongé.
D’un point de vue comportemental, les études décèlent chez les personnes atteintes de burn-out une perte d’estime de soi, un état de tristesse, de désespoir et d’anxiété.

Comment le prévenir ?
Souvent, lorsque les symptômes cités plus haut sont présents, il est déjà trop tard et le mal grandit depuis un certain temps déjà. Ce qui doit mettre la puce à l’oreille est qu’un état de fatigue ou d’anxiété s’éternise. Les fatigues passagères sont fréquentes mais se règlent normalement avec quelques nuits de sommeil réparatrices. Le premier état du burn out (aussi désigné par le terme burn In) doit servir de signal d’alerte et permettre d’agir. Ainsi, une fatigue inhabituelle, une perte de confiance ou une forte émotivité sont des signes qui peuvent vous permettre d’identifier un potentiel début de burn out.

Les recommandations pour l’éviter : savoir identifier les zones de stress afin de les gérer efficacement, prendre du recul, se reposer régulièrement en connaissant et respectant son rythme de sommeil, discuter des situations inhabituelles à vos collaborateurs, savoir de temps à autre sortir du bureau et prendre du recul. Pour cela pas besoin de prendre des jours de congés (même si c’est fortement recommandé pour la santé), vous pouvez tout simplement changer de lieu de travail un jour ou deux et pourquoi pas aller travailler à la campagne et profiter des bienfaits de la nature ! N’oubliez pas que le télé-travail se généralise.

Sources : Larousse, wikipedia

Il faut penser à se ressourcer régulièrement. La montagne, la mer ou la campagne, la nature au sens large, sont d’excellents environnements pour se soigner.