Bien-être au travail

Définition de « Bien-être » dans notre cher Larousse : « Etat agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit. » Transposé au monde du travail, il devient une notion relativement complexe à définir et mesurer.

En effet le bien-être comporte non seulement un aspect physique mais également psychique et social (Définition par l’Organisation Mondiale de la Santé). Appliquée au travail, la notion est encore plus complexe car il faut y ajouter de nombreux éléments importants. Pour cela, le think tank « La fabrique Spinoza », (think tank du bonheur citoyen) nous éclaire en définissant un cadre d’analyse relativement exhaustif reposant sur 12 dimensions :
-Conditions de travail
-Ethique et valeurs
-Gouvernance
-Relation au temps
-Management
-Relations sociales
-Modes d’organisation du travail
-Relations à la vie privée
-Nature du travail
-Rémunérations et avantages
-Formations et perspectives
-Sécurité de l’emploi

L’étude du think Tank estime qu’en prenant en compte le degré de satisfaction pour chacune des 12 dimensions ci-dessus, en y ajoutant le contexte extérieur (de l’individu et de l’entreprise) et aussi les indicateurs directs de bien-être de l’individu (santé, moral), il serait possible de déterminer un niveau de bien-être au travail.

Pour creuser le sujet, n’hésitez pas à vous référer à la source de cet article sur le site fabriquespinoza.fr

Pour finir, précisons que la définition risque de continuer à évoluer en même temps que mute le travail. Et nous partons de loin : au 19 ème siècle on pouvait encore mourir dans une mine en Lorraine. En 1898, une loi impose à un employeur d’indemniser les accidents de travail, en 1973 est créé l’agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail… Aujourd’hui les techniques de management prennent en compte cette composante essentielle. On avance !